Aglavaine, Sélysette et Méléandre : un trouple d’amateurs

"Aglavaine et Sélysette" / Crédit photo : Elisabeth Carecchio.

« Aglavaine et Sélysette » / Crédit photo : Elisabeth Carecchio.

Qu’est-il arrivé à Célie Pauthe ? Après le magnifique Long voyage du jour à la nuit et le beau Yukonstyle, s’est-elle laissé berner par le texte de Maeterlinck ? Avec Aglavaine et Sélysette, le dramaturge belge tente de traiter un sujet on ne peut plus contemporain : la naissance, la vie et la mort d’un trouple. Mais rapidement, le texte aux atours niaiseux tourne en rond, jusqu’à étourdir le spectateur d’ennui.

En signant une mise en scène aussi dépouillée, Célie Pauthe décide de ne se reposer que sur le texte, et uniquement sur lui. Mais ses fondations sont trop faibles pour supporter un spectacle de 2h15 et s’effondrent, entrainant les comédiens et le décor dans un abîme, dont aucun protagoniste – ni même le public – ne se relèvera.

Faux de bout en bout

Ni Bénédicte Cerutti (Aglavaine), ni Judith Morisseau (Sélysette) ne parviennent à sortir la tête de l’eau et à trouver une place convenable sur le plateau. Engluées dans un texte auquel elles ne croient pas. Quant à Manuel Vallade (Méléandre), outre le fait qu’il soit piètrement dirigé comme ses quatre autres compagnes d’infortune, il joue incroyablement faux. Suscitant les rires – et fous rires – moqueurs d’un public qui ne se réveille que pour mieux détruire un spectacle déjà en lambeaux.

Si cela avait été une création pour le Théâtre de la Colline, il eut été toujours possible d’excuser les soubresauts d’un rodage encore en cours. Oui, mais voilà, depuis le 15 mars à la Comédie de Reims, les comédiens se débattent avec le texte et ne sont toujours pas parvenus, en deux mois de jeu, à le transcender. Gageons qu’ils n’y parviendront pas tant ce spectacle est un raté. Espérons que La Bête dans la jungle d’Henry James réussira davantage à Célie Pauthe la saison prochaine.

Aglavaine et Sélysette de Maurice Maeterlinck, mise en scène de Célie Pauthe au Théâtre de la Colline (Paris) jusqu’au 6 juin. Durée : 2h15. °

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s