« Comment vous racontez la partie », une apologie de la mollesse

"Comment vous racontez la partie" / Crédit photo : Pascal Victor/ArtComArt

« Comment vous racontez la partie » / Crédit photo : Pascal Victor/ArtComArt

Il n’y a rien de pire qu’un spectacle qui vous glisse dessus comme l’eau sur les plumes du canard. Comment vous racontez la partie, écrit et mis en scène par Yasmina Reza au Théâtre du Rond-Point est de ceux-là : une fois sorti de la salle, il n’en reste absolument rien.

De cette venue de Nathalie Oppenheim (Zabou Breitman) à l’espace polyvalent de Vilan-en-Volène pour présenter son livre Le Pays des lassitudes face à Rosanna Ertel-Keval (Dominique Reymond), une journaliste du cru mais devenue parisiano-parisienne – un mix de ce qu’il y a de pire dans le journalisme culturel – et un responsable culture de la ville, Roland (Romain Cottard), aussi fan que fier de recevoir cette romancière, de cette bonne idée de base, n’émerge qu’un grand ennui.

La caricature que Yasmina Reza a voulu édifier pour se moquer de l’élitisme culturel, du mépris de Paris pour la province, vise à côté. Les mêmes ressorts pseudo-comiques – questions faussement profondes, noms d’auteurs enfilés comme autant de perles sur un collier, snobisme volontairement surjoué… – sont utilisés à longueur de spectacle et, surtout, on attend désespérément que la pièce décolle enfin. Mais, une fois l’heure passée, il faut s’y faire : rien ne décollera jamais. Tout ne restera qu’à l’état d’esquisse, le spectacle par sa tiédeur ne sera que le fossoyeur de cette bonne idée initiale.

Un spectacle à secouer

Car l’absence de développement viable du propos n’est que surligné par une mise en scène elle-même complètement absente. On sent bien que Reza n’est pas et, surtout, n’a pas les capacités d’un metteur en scène. Qu’elle a repris les « trucs à la mode » ici et là – les noirs entre les scènes, la musique, les noms des chapitres écrits en fond de scène… – comme autant d’effets de manche pour faire spectacle. Mais trois éléments de mise en scène ne font pas un spectacle.

De la direction de comédiens, là aussi, il est bien peu de choses. On sent bien que la troupe – qui globalement ne démérite pas – est seule à bord, que les répétitions se sont déroulées à coup de bonnes idées, sans vision, sans visée. Sans recul aussi sur un texte sur lequel Reza n’a aucun regard. Or, pour manier le second degré, pour le faire exploser, il fallait aller plus loin dans la caricature.

Las, le spectacle reste au milieu du gué dans une torpeur et une mollesse qui finissent par agacer. Finalement, moins que l’ouvrage surestimé de Nathalie Oppenheim, moins que les questions agaçantes de la journaliste, on se trouve à vouloir secouer tout le spectacle pour qu’il en sorte quelque chose d’autre qu’un « Au théâtre ce soir » bas de gamme à la sauce 2014. Peine perdue tant la coquille semble désespérément vide.

Comment vous racontez la partie de et par Yasmina Reza au Théâtre du Rond-Point (Paris) jusqu’au 6 décembre. Durée : 1h50. °

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s