« Après coups… » : Séverine Chavrier lance trois femmes à l’assaut de leurs identités

"Après coups projet Un-Femme N°2" / Crédit photo : Alexandre Ah-Kye.

« Après coups projet Un-Femme N°2 » / Crédit photo : Alexandre Ah-Kye.

Au théâtre, quand le choc survient, il est souvent d’une seule et unique nature, qu’elle soit intellectuelle, et rapportée au propos, ou esthétique, induite par les images. Avec son second opus d’Après coups projet Un-Femme qu’elle crée au Théâtre de la Bastille, Séverine Chavrier fait coup double en donnant à voir une performance aussi saisissante sur le fond que sur la forme. Proposition totale, mêlant habilement théâtre, danse, vidéo et lumières particulièrement bien maîtrisées, elle est tout aussi dense, et percutante, dans le message qu’elle contient, savant mélange de trois histoires de femmes en lutte avec la société pour affirmer leurs identités.

Jeunes et jolies, elles sont Cambodgienne (Voleak Ung), Palestinienne (Asthar Muallem) et Danoise (Cathrine Lundsgaard Nielsen). Venues de trois coins du monde, elles n’en sont pas moins confrontées, sous des aspects divers, à la même violence émanant du corps social, celle qui les bloque dans un carcan, simplement parce qu’elles sont des femmes. Au gré des souvenirs qu’elles expriment, verbalement ou corporellement, elles dessinent très rapidement les murs de cette geôle genrée dans laquelle on les a enfermées : l’une soumise au poids des traditions familiales, l’autre aux injonctions d’une nation à laquelle elle n’appartient pas, et la dernière constamment renvoyée à ses atouts physiques. Dans le combat qu’elles engagent pour être des femmes libres, elles estiment, à rebours de ce que certains penseront, que « tout a régressé » et qu’il est donc grand temps de révéler les liens, souvent imperceptibles, qui les enserrent pour mieux s’en défaire.

Un OVNI scénique

Loin d’être lénifiant, ce pamphlet féministe est mené tambours battants par Séverine Chavrier. Promptement, se crée une situation d’urgence dans le récit fragmentaire de ces trois jeunes femmes. Jamais dans la complainte, c’est, au contraire, avec une énergie folle qu’elles se débattent et racontent ce qui est devenu leur lot quotidien. Du harcèlement de rue – que l’on avait rarement vu abordé aussi froidement – au défilé de mode en couvertures de survie, tout se cristallise dans le combat de boxe final qu’elles mènent contre cet ennemi invisible, fait de normes sociales et de misogynie. Au-delà, embarquées sur tous les fronts, elles conduisent une lutte culturelle pour trouver leur chemin dans cette société mondialisée qui, paradoxalement, renvoie chaque jour un peu plus les individus à leurs origines nationales. En leur accrochant ainsi un drapeau au pied, elles deviennent un stigmate au lieu d’être une richesse fièrement brandie et revendiquée.

Pour donner à son propos le plus de force possible, Séverine Chavrier fait feu de tout bois en actionnant, avec justesse, tous les leviers de la création théâtrale contemporaine. Les frontières entre danse, théâtre et performance s’abolissent jusqu’à créer un OVNI scénique qui reste maîtrisé. Les lumières de Laïs Foulc et le travail vidéo d’Émeric Adrian subliment le jeu des trois comédiennes qui se donnent corps et âme à leurs rôles dans un ensemble qui, s’il peut paraître anxiogène, n’en respire pas moins le plaisir de jouer. Après Les Palmiers sauvages et Nous sommes repus mais pas repentis, Séverine Chavrier, prouve, une nouvelle fois, qu’elle sait brillamment tordre l’objet théâtre jusqu’à l’emmener dans un univers hautement attractif et singulier.

Après coups projet Un-Femme n°2 de et par Séverine Chavrier au Théâtre de la Bastille (Paris) jusqu’au 5 février, puis les 15 et 16 mars au CDN de Normandie-Rouen et du 31 mars au 2 avril aux Subsistances (Lyon). Durée : 1h55. ****

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s